On vous a présenté dans un précédent article la portion du Tarn la plus connue (et fréquentée !), entre Sainte-Enimie et le chaos rocheux du Pas-de-Soucy. Mais en réalité, rien ne vous empêche de vous enfoncer dans les gorges du Tarn en kayak dès le petit village de Montbrun.

En fait, selon les envies, il est même possible de se lancer dans une virée de deux, trois, voire quatre jours sur la rivière, avec quelques portages à prévoir. Le logement est plutôt simple : de multiples campings sont nichés en bord de rivière…

rock, church, landscape, tarn, sainte-enimie
Sainte-Enimie.

On le répète encore : dans l’idéal, il vaut mieux éviter les vacances d’été, pour profiter des gorges dans les meilleures conditions. Le débit de la rivière sera plus élevé au printemps et au début de l’automne, votre canoë-kayak raclera moins les galets, et puis vous croisez moins d’embarcations sur le circuit.

Si vous n’avez pas le choix dans la période, et pensez malgré tout descendre en été, on vous conseille alors de bannir autant que possible les kayaks gonflables pour ne pas les endommager.

Le tracé en vidéo

À quoi s’attendre

À un parcours plutôt facile de onze kilomètres (deux à trois heures de descente), dans les gorges du Tarn. On tombe assez rapidement, à un peu plus d’un tiers du parcours, sur un très beau village troglodyte, Castelbouc.

Quels loueurs ?

Si vous n’avez pas de matériel, les loueurs ne manquent pas dans la région, avec un bon nombre de descentes possibles, que ce soit au départ de Sainte-Enimie, ou même de Montbrun, sur un à trois jours.

En résumé

Niveau : facile
Distance : 11 kilomètres
Durée : 3 heures
Embarquement : sur la rive gauche du Tarn, non loin du camping Prat de Milou.

Le lieu d’embarquement vu de la rive droite – Capture Google Street View

Débarquement : à Sainte-Enimie. Ou plus loin si vous le souhaitez. Vous pouvez enchaîner sur le parcours Sainte-Enimie – Pas-de-Soucy. Ou même jusqu’à Le Rozier.
Piège : un pont submersible à trois kilomètres du départ. A surveiller en fonction du niveau d’eau.
Prévoir : casquette ou chapeau, crème solaire et de l’eau (!)

Qu’avez-vous pensé des gorges du Tarn ?

Partagez-nous votre avis ou votre expérience en commentaire. C’est toujours enrichissant d’écouter (ou de lire) les parcours des kayakistes. Où avez-vous embarqué ? Jusqu’à quel point de chute ? En combien de jours ? Avec quel équipement ? Et puis, à quelle période de l’année ? Racontez-nous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page