Les gorges du Tarn sont un spot incontournable en canoë-kayak même si, comme l’Ardèche, elles sont littéralement prises d’assaut pendant les vacances estivales.

Les paysages sont juste à couper le souffle. On admire, au fil de l’eau, les falaises de calcaire et les villages troglodytes et médiévaux perchés au-dessus de la rivière. On se laisse surprendre aussi (avec un peu de chance), par la vision d’un castor européen ou d’un vautour dans le ciel…

gorges tarn kayak
Les gorges du Tarn en kayak. Photo Tony Hisgett

Revenons au sujet ! Les balades en canoë-kayak ne manquent pas dans les gorges du Tarn, même si le débit d’eau n’est pas toujours au top (surtout l’été). Le circuit le plus connu est sans doute celui qui relie Sainte-Enimie au Pas-de-Soucy, et qui est d’ailleurs longé par la route (en hauteur). Il vous embarquera pour vingt-quatre kilomètres (ou vingt-et-un avec son matos) de descente, sans difficultés majeures… Les occasions de s’arrêter, de pique-niquer, ou de se baigner ne manqueront pas.

Dans tous les cas, vous devrez débarquer avant le Pas-de-Soucy, qui porte très mal son nom : cet amas (pardon, ce chaos !) de rochers obstrue complètement le cours de la rivière. Pas de panique, vous le repérerez en amont…

Le Pas de Soucy, dans les gorges du Tarn / Photo Peter Frings

Les loueurs sont légion. La plupart des professionnels de loisirs de canoë-kayak se concentrent sur cette portion des gorges du Tarn très prisée des touristes. Le mieux, si vous n’avez pas de matériel, est de réserver à l’avance, pour ne pas être refoulé sur place, et surtout ne pas perdre de temps.

Toutes les balades que l’on va décrire peuvent être réservées en ligne sur la plateforme Manawa : de la balade familiale de 12 kilomètres à la grande randonnée de 24 kilomètres, selon vos envies. Le prêt de matériel, le transport et la logistique sont gérés depuis la base du prestataire aux Vignes. Prix à partir de 18 euros.

Où mettre son kayak à l'eau ?

Si vous avez votre propre canoë-kayak, vous pouvez le mettre à l’eau au niveau du parking de Sainte-Enimie (530 habitants), par ailleurs classé parmi les plus beaux villages de France. Il vaut le détour, si vous avez un peu de temps pour le visiter…

Comment faire la navette départ – arrivée ? Soit en laissant une voiture au cirque des Baumes, le point de chute public (façon de parler). Soit en vous appuyant sur le réseau de navettes locales. Rapprochez-vous de l’office de tourisme.

En passant par un loueur, le problème ne se pose pas, puisque tous gèrent les allers-retours.

Le conseil kayak

Si vous comptez vous engager dans les gorges du Tarn avec votre propre matériel, on ne vous conseille pas trop les canoë-kayaks gonflables. Ils racleront assez souvent le fond de la rivière, surtout en été, et vous risquez de l’endommager. Vérifiez le débit ou privilégiez le début du printemps si vous souhaitez malgré tout y aller en gonflable.

Quels autres parcours ?

D’autres portions du Tarn sont navigables, pour une échappée encore plus longue. Vous pouvez par exemple partir de Montbrun, un petit village proche de Sainte-Enimie.

Si vous voulez au contraire écourter l’expérience, pour une simple initiation, il est possible de partir du château de La Caze ou de La Malène, jusqu’à Pas-de-Soucy.

L'anecdote

On vous disait un peu plus haut que le village de Sainte-Enimie ne manque pas de charme. Eh bien, en 2017, ses 530 habitants ont été intégrés à une commune nouvelle, qui regroupe désormais Sainte-Enimie, Quezac et Montbrun, d’où il est d’ailleurs également possible de se mettre à l’eau, pour une plus longue expédition en kayak.

(La photo mise en avant en tête d’article est de Claude Valette)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page