L’automne ou l’hiver frappe à la porte, les belles journées se font plus rares et vous décidez de ranger votre canoë, kayak ou packraft gonflable en attendant le retour du printemps. C’est une bonne idée, à condition de respecter un certain nombre d’étapes essentielles afin de maintenir votre embarcation dans un bon état. On les décrypte une à une.

jardin public La Gorgue

C’est la première étape, mais aussi l’une des plus essentielles. Réservez-vous une bonne heure en fin de saison estivale, le temps de nettoyer votre kayak à l’eau douce dans les moindres recoins. Ne le faites pas à l’eau de mer, le sel étant très mauvais pour la toile.

cale hortillonnages camon

Des cailloux, des algues, des petites branches ou du sable se nichent facilement dans des endroits insoupçonnés lors de vos sorties. Essayez de les déloger en rinçant abondamment, car ces intrus pourraient fragiliser votre kayak à la longue en provoquant des cloques, voire en le déchirant.

ponton kayak Lawe Gorgue

Il est important de bien nettoyer son kayak après chaque sortie, mais encore plus avant de l’entreposer. Vous avez un jardin ? Rien de plus simple pour nettoyer l’embarcation. Vous n’en avez pas ou vous vivez en appartement ? Prolongez votre dernière sortie de l’année, en prévoyant un rinçage minutieux. N’hésitez pas à retourner votre kayak, à lever sur une pointe, plus l’autre.

Vérifier l'état du kayak

Profitez de ce rangement hivernal pour contrôler l’état général de votre canoë, kayak ou packraft gonflable. Des éléments ont-ils été abimés au cours des sorties de l’année ? La toile tient-elle le choc, ou des faiblesses apparaissent-elles ?

Cette inspection générale comprend bien entendu les sièges, les cales, etc. Il arrive fréquemment que le lien d’un siège casse, ou que le videur du kayak se soit fait la malle. Plutôt que d’improviser des noeuds ici ou là, les quelques semaines ou mois de pause vous laissent le temps de commander les pièces nécessaires.

Réparer les composants endommagés

Vous avez repéré des dommages ? N’attendez pas le printemps prochain pour les réparer, car vous risquez de les oublier. On vous le garantit : il n’y a rien de pire que d’arriver à un spot au retour des beaux jours et de ne pas pouvoir mettre son kayak à l’eau…

Vous êtes un peu perdu ? Vous ne savez pas quelle réparation effectuer ? Consultez la notice du constructeur. Elle comporte parfois des conseils, en fonction des dommages. Sinon n’hésitez pas à poser la question sur un forum ou sur un groupe Facebook spécialisé. D’autres kayakistes ont sans doute été confrontés au même problème que vous.

kayak Yakkair Full HP 2

Bien sécher le kayak gonflable

Voilà une autre étape primordiale : le séchage de votre kayak gonflable. Prenez le temps qu’il faut pour que votre embarcation soit totalement sèche, sans aucune humidité résiduelle, au risque de voir apparaître des moisissures.

Les sacs des constructeurs sont généralement bien conçus. Ils « respirent ». Mais cela n’empêche pas toujours d’évacuer toute l’humidité, parfois nichée dans de petits recoins.

Bien plier le kayak

Votre canoë, kayak ou packraft est enfin prêt à être rangé. Plusieurs options s’offrent à vous. Certains aiment le laisser étendu, afin d’éviter les plis. Mais tout le monde n’a pas de garage ou d’endroit protégé. Le plus simple, et le plus courant, est de ranger l’embarcation dans son sac de transport.

Le sac... très compact d'un packraft (ici Itiwit) / ©Itiwit

Pour cela, respectez les consignes délivrées par le constructeur. En reproduisant si possible le pliage d’origine. Ce n’est pas toujours simple, on vous l’accorde, mais c’est important pour ne pas dégrader les valves, ni la toile. Itiwit, la marque des sports nautiques de Décathlon, a par exemple créé des vidéos tuto pour aider les utilisateurs.

Ranger le kayak dans un endroit sec

OK, le kayak est dans son sac, mais maintenant où le ranger ? Dans l’idéal : dans un endroit sec et à l’abri des variations de températures. Ça peut être un garage par exemple. Ou un placard, beaucoup de kayaks étant assez compacts aujourd’hui pour être casés ici ou là (et on ne parle pas des packrafts, tout petits !). Bannissez par contre l’extérieur, ou même le coffre de votre voiture. Les variations de températures sont bien trop importantes.

Faites attention aussi à l’humidité. Il serait dommage d’avoir pris soin à bien sécher son kayak pour ensuite l’exposer au risque de moisissures.

Et après ?

Ça y est, votre canoë, kayak ou packraft est rangé. Vous n’avez plus qu’à attendre des températures plus clémentes pour vous remettre à l’eau. Mais on est sûr que vous avez des dizaines (centaines ?) de photos à trier dans votre téléphone ou caméra sportive. 

Pour alimenter vos rêves d’aventure, commencez aussi à prévoir vos sorties de l’an prochain. Rendez-vous sur le reste de notre site Internet !

Retour haut de page