Il pourrait bientôt être aussi simple de louer un stand-up paddle gonflable, que d’acheter une pizza ou une baguette de pain… Une entreprise suisse travaille actuellement sur des distributeurs un peu particuliers, puisqu’on pourra y récupérer sa planche, sa pagaie et son gilet de sauvetage en quelques clics à peine avec son smartphone. Le nom de code de l’application : Equip.

Un modèle de distributeur a été présenté fin septembre lors du Paddle Sports Show de Lyon, un événement qui réunit chaque année les industriels des divers sports de pagaie (sauf en 2020 à cause du Covid).

En phase de développement

Il ressemble à une sorte de container, avec six casiers renfermant autant de stand-up paddles gonflables. L’utilisateur n’a qu’à télécharger une application mobile et payer sa location, avant de se mettre à l’eau.

L’offre d’Equip n’est pas encore déployée auprès du grand public. D’après les infos sur son site Internet, l’entreprise est aujourd’hui dans une phase de développement, à la recherche des spots les plus adéquats où installer les distributeurs. Visiblement, ce serait au plus près des plages et plans d’eau.

Beaucoup de réactions

Son projet fait en tout cas déjà beaucoup réagir dans le milieu, sur les réseaux sociaux. Certains pratiquants s’offusquent de cette robotisation des locations, craignant que les novices soient lâchés dans la nature, sans avoir reçu le moindre conseil. On peut pourtant imaginer que l’entreprise a prévu de les intégrer sur son application, même si cela ne remplace en effet pas un professionnel. D’autres pratiquants saluent au contraire l’initiative, y voyant un gain de souplesse, surtout sur les lieux de vacances…

Toujours d’après le site Internet d’Equip, les distributeurs pourraient être déclinés pour les autres sports, du football aux randos dans la neige. On se questionne par contre sur l’adaptabilité au canoë et au kayak, bien plus volumineux.

distributeur paddle equip
(Photo repro Equip)

On vous tiendra informés des nouvelles informations qui sortent sur le sujet. Ce n’est pas la première fois que l’on entend parler de ces distributeurs en libre-service. En août 2019, une expérimentation avait aussi été lancée en Bretagne sous le nom de Nautic Libre, avec des fonds de la Région et même de l’Union européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page