Si vous êtes de passage en Guadeloupe, profitez-en pour découvrir la baie du Grand cul-de-sac marin en canoë, en kayak, voire en stand-up paddle. Derrière ce nom très particulier (on voit d’ici votre petit sourire !) se cache une réserve naturelle de quelque 15 000 hectares à couper le souffle, avec son eau aussi transparente que paisible.

La balade en canoë ou en kayak vous mènera aussi dans la mangrove, à la découverte des richesses aquatiques et terrestres locales…

baie guadeloupe kayak
Une cabane perdue au milieu de l'eau transparente / Photo Michel Craig (Flickr)

Si vous n’avez pas de canoë ou de kayak, vous n’aurez aucun mal à trouver un loueur pour partir à l’assaut de la baie du Grand cul-de-sac, en Guadeloupe. Les virées se font généralement au départ de Morne-à-l’eau

Vous pouvez réserver directement votre balade en ligne sur les sites dédiés aux activités de loisirs Manawa et Ceetiz. Ou vous pouvez vous rapprocher d’eux sur leurs sites Internet.

Sur Manawa, la balade en kayak est affichée à 35 euros par personne (pour une demi-journée de kayak).

La sortie en paddle est à 45 euros, au départ de la plage de Babin, à quinze minutes de Morne-à-l’eau (réservations ici).

La virée en kayak dans le Grand cul-de-sac proposée par Ceetiz est quant à elle à 38 euros (tarifs 2021).

Le Grand cul-de-sac marin en vidéo

Julie et Julien, deux « Guadeloupe trotter », ont filmé leur virée dans la réserve naturelle du Grand cul-de-sac marin. De quoi avoir un bon aperçu de ce qui vous attend.

On y découvre un lieu aussi incroyable qu’improbable : un ancien refuge qui est aujourd’hui les pieds dans l’eau. On ne peut plus y bivouaquer, mais toujours s’y arrêter le temps d’une pause-déjeuner.

Autres belles surprises : les tortues, les étoiles de mer et, bien sûr… la très belle mangrove, décryptée par un guide local. « On a vu des trucs superbes. C’était magique ce petit moment« , dixit Julien.

Ce qu'il faut savoir sur le Grand cul-de-sac marin

La baie du Grand cul-de-sac marin est un réservoir de biodiversité d’une richesse exceptionnelle. La preuve ? Elle abrite « la majorité des espèces coralliennes et 60% des espèces de gorgones des Antilles françaises« , présente le parc national de la Guadeloupe sur son site Internet.

baie guadeloupe eau
L'eau transparente du Grand cul-de-sac marin / Photo Romain Decker (Flickr)

Quelle réglementation ?

Comme dans toute zone naturelle de cette envergure, il y a des règles à respecter dans le cadre de la pratique du canoë, du kayak, du paddle, ou de tout autre activité aquatique. Le but est bien sûr de préserver cet espace, ainsi que les espèces y trouvant refuge.

carte grand cul sac marin
La carte du Grand cul-de-sac marin avec les zones tampons / Carte du parc national de Guadeloupe.

Les principales consignes sont plutôt évidentes. Il est notamment interdit de porter atteinte aux végétaux et de déranger les animaux présents dans la baie du Grand cul-de-sac marin.

Des zones tampon ont justement été mises en place pour préserver les espèces. Il est ainsi interdit de naviguer, circuler et stationner dans les îlets du Carénage, Christophe, Fajou et de la Tête à l’Anglais tout au long de l’année. L’îlet Blanc est lui interdit d’accès du 15 avril au 15 août. N’hésitez pas à consulter le site Internet du parc National, dont sa carte ci-dessus, pour bien identifier ces zones. L’institution annonce d’ailleurs le projet de zones de mouillage, sans les avoir encore décrites sur son site.

Retrouvez encore plus de spots de canoë et de kayak sur notre map monde. Lisez aussi notre guide pour acheter un kayak gonflable, avant de vous lancer à l’aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page